Un espace sacré

Contrairement à l’éducation religieuse traditionnelle, la catéchèse du Bon Berger met l’accent sur l’environnement appelé atrium dans lequel la catéchèse a lieu. Maria Montessori a observé que les jeunes enfants ont un “esprit absorbant”, ce qui signifie qu’ils apprennent la langue, la culture et même la croyance religieuse en grande partie par le processus d’osmose ou “d’absorption” de ce qui les entoure plutôt que par des leçons et des discours. Si l’expérience de l’Esprit ou du “maître intérieur” de l’enfant le pousse vers ce dont il a besoin pour grandir, l’environnement qui l’entoure peut être compris comme le “maître extérieur ” : il peut répondre à ses besoins ou les étouffer.

L’atrium est volontairement structuré non pas comme une salle de classe, mais comme un lieu où la vie spirituelle peut être vécue. En cela la catéchèse est fidèle aux recommandations du nouveau Directoire de la Catéchèse de 2020 qui rappelle que « les structures scolaires ne sont pas les meilleurs endroits pour le déroulement catéchétiques » (222).

Thumbnail 1
Sansstitre
Sans titres
Sanssss
Sands titre
Sans tisqsdtre
Sacddns titre
previous arrow
next arrow

POURQUOI LE NOM ATRIUM ?

Dans l’architecture des églises anciennes, un atrium était un lieu de rassemblement entre l’espace liturgique de l’église et la rue.

C’était un espace où les fidèles se recueillent avant d’entrer dans le culte et où les catéchumènes reçoivent un enseignement de la foi dans le cadre de leur initiation à la communauté chrétienne.

Maria Montessori a compris que l’atrium devait servir un objectif similaire: il ne devait pas être une église pour enfants séparée de l’église des adultes, mais plutôt une aide à la participation plus complète des enfants à la vie liturgique et communautaire de l’église unique qui inclut les chrétiens baptisés de tous âges.

COMMENT EST AMÉNAGÉ UN ATRIUM ?

Inspiré par la pédagogie de Maria Montessori, l’atrium est conçu pour permettre l’indépendance de l’enfant, la maîtrise de soi et de l’environnement et lui offrir la possibilité et la liberté de choisir une activité adaptée. Maria Montessori appelait cette activité librement choisie « travail » et y voyait l’expression d’un besoin vital chez l’enfant.

L’atrium a cependant des caractéristiques et un but qui lui sont propres. Il diffère d’une classe Montessori par son atmosphère solennelle. Comme à l’église, c’est un lieu où l’enfant peut écouter la Bonne Nouvelle qui y est proclamée, la méditer et commencer à la vivre à son propre rythme. A la différence d’une église cependant, l’atrium n’est pas seulement lieu de proclamation de la Bonne Nouvelle et de célébration, il est aussi lieu de travail. C’est un lieu où le travail devient naturellement méditation et prière.

Ce lieu est aménagé pour faciliter ce travail. Il est organisé comme un lieu de retraite où tout est fait pour aider à la concentration et la prière. Dans un lieu de retraite, l’adulte pour soutenir sa méditation y trouvera des livres, alors que dans l’atrium l’enfant trouvera du matériel catéchétique .

Tout l’aménagement de l’atrium prend en compte la taille de l’enfant : format des meubles, la hauteur des étagères et l’accessibilité du matériel etc…

Chez les petits de 3 à 6 ans, le matériel de la parabole du Bon Berger occupe une place centrale et le coin prière est installé avec soin avec sa Bible bien en vue. Les autres zones de l’atrium comprennent : un coin pour la Messe, le Baptême, les récits de l’enfance de Jésus et son matériel de géographie, le Royaume de Dieu, le mystère pascal etc…

Chaque objet a sa place et l’arrangement de l’atrium reste immuable de semaine en semaine, ce qui rassure beaucoup les enfants et leur donne les moyens de mieux profiter de cet environnement.

L’atrium des enfants de 6 à 9 ans puis de 9 à 12 ans évolue ensuite pour s’adapter aux nouvelles compétences des enfants de cette tranche d’âge  (lecture, compréhension du temps), leurs besoins “sociaux”, leur imagination et leur soif de culture.

“Le matériel utilisé dans la catéchèse du Bon Berger n’est pas destiné à conduire à la formulation de concepts, mais à une rencontre vitale avec une Personne réelle.”

Gianna Gobbi

Le matériel

Le matériel présent dans l’environnement est parfois vu à tort par les catéchistes comme un support pédagogique pour l’adulte alors qu’en réalité sa raison d’être est  le travail personnel de l’enfant.

Dans une classe Montessori, le matériel est au service des apprentissages de l’enfant. Dans un atrium le matériel sert à la rencontre avec Jésus ! Quand l’enfant utilise le matériel catéchétique il ne découvre pas un concept mais il est conduit vers la prière. Il apprend certes mais il développe surtout sa vie intérieure.

Le matériel rend concrètes des réalités religieuses : celles de la Bible et celles de la liturgie qui sont les deux piliers de la catéchèse. Ces réalités deviennent plus tangibles et visibles pour l’enfant et l’aide ainsi à les absorber.

Les « 32 caractéristiques de la catéchèse du Bon Berger » précisent que les catéchistes sont censés fabriquer eux-mêmes le matériel « afin d’absorber le contenu plus profondément, combattre la précipitation, le consumérisme et l’efficacité excessive, s’adapter au rythme de l’enfant et se rendre ainsi docile au travail de l’Esprit Saint, unifier la main, l’esprit et le cœur. »

D’une certaine façon, ce travail de préparation du matériel par l’adulte est une forme de témoignage des catéchistes auprès des enfants.

Les catéchistes peuvent toutefois se faire aider comme par exemple via le site du marché du Bon Berger qui propose du matériel prédécoupé.

MDN logo
MDN logo
MDN logo
MDN logo
MDN logo